Rechercher

Lâcher prise, se faire confiance

Dernière mise à jour : 12 mai 2021

Il y a quelques années, j’ai eu l’immense chance de rencontrer Xajarro.


Ce magnifique étalon lusitanien faisait partie d’une des plus vieilles et des plus pures lignées d’Europe, celle de la Coudelaria Nationale d’Alter do Chão au Portugal.


Laissez-moi vous raconter notre histoire.



À l'époque, l’un de mes rêves était de vivre parmi un troupeau de chevaux. Ma femme Ana étant portugaise, j’ai imaginé quelques instants créer un élevage de Lusitaniens.

Afin d’expérimenter ce mode de vie et de me rendre réellement compte ce qu’un élevage représente, j’ai envoyé des mails dans certaines maisons Portugaises de renom.


La surprise fut immense quand dans ma boîte mail apparut une réponse de la célèbre Coudelaria d’Alter do Chão. L’un des élevages les plus anciens d’Europe, créé en 1748 par le roi D. Joao V. Le responsables de cet immense haras comptant des centaines de chevaux était d'accord de m’accueillir pour plusieurs semaines en échange de travaux divers.


A vrai dire, je m’attendais à faire des tâches telles que du nettoyage et toutes sortes de petits travaux du style. L’aventure qui m’attendait était tout autre…


Le jour après mon arrivée, la responsable en charge de mon accueil m’emmena à la rencontre de ce superbe étalon en me disant : « Voici Xajarro, il a eu de gros problèmes au pied. Nous avons fait tout le nécessaire mais nous doutons des possibilités de guérison. Personne n’a le temps de s’en occuper. Ton rôle, si tu es ok, est de passer du temps avec lui, d’aller le promener à travers la propriété, de le brosser, … Il a besoin qu’on s’occupe de lui. »


Habitué aux petits chevaux, n’ayant jamais passé de temps avec un entier de sang, sans aucun diplôme ni autre formation que des balades, nous avons commencé à sympathiser.


Jamais je ne suis monté sur son dos. J’ai passé des semaines à jouer avec lui, à me balader, à le laisser brouter, à le brosser, à courir dans le sable sous le soleil brûlant de l’Alentejo.

La relation qui s’est installée fut simplement magique. Au début, les entraineurs et les cavaliers professionnels travaillant sur place me regardaient de loin, se demandant ce que ce jeune étranger faisait. Cela ne ressemblait en rien à ce qu’ils avaient l’habitude de voir.


En fait, tout comme j’avais osé envoyer des mails dans des établissements que je pensais totalement inaccessibles pour moi, j’osais suivre mon cœur et mes envies, sans me tracasser de ce que mon entourage direct pourrait éventuellement penser.


Le lâcher prise, c’est le moment exact où la magie opère.

2-3 semaines après mon arrivée sur place, les regards changeaient, les langues se déliaient pour me demander ce que je faisais. Xajarro avait l’air très heureux et allait beaucoup mieux.

Nous étions devenu amis.


Pourquoi je vous raconte cette histoire… Xajarro m’a aidé à me laisser aller. Rempli de peurs, j’ai simplement écouté mon intuition, ce que mon cœur avait envie de faire pour lui.

De ce lâcher prise sont nés des évènements que mon mental n’aurait jamais pu envisager.


Merci à toi Xajarro.


Ayons le courage d’être nous-mêmes, d’ouvrir notre cœur, de suivre notre intuition et surtout laissons les animaux être eux-mêmes. Si nous les laissons s’exprimer avec amour et ouverture, ils se révèlent souvent être de véritables guides.


Ayons le courage de les suivre.


14 vues

Posts récents

Voir tout